WASHINGTON - Les États-Unis "soutiennent pleinement" les tentatives du gouvernement afghan de se réconcilier avec les membres des Taliban, tant que les Taliban acceptent la volonté de la population qui a élu ce gouvernement, a déclaré aujourd'hui le secrétaire au Pentagone Geoff Morrell. «Il doit y avoir une volonté de travailler avec le gouvernement, de le respecter, de détourner les armes des forces de sécurité nationales afghanes et des forces [de la Force internationale d'assistance à la sécurité] et des forces américaines présentes», a déclaré Morrell.

Convaincu qu'il n'a pas de définition du terme «talib modéré», il a déclaré croire que certains membres des talibans et d'autres groupes extrémistes en Afghanistan «sont tellement radicalisés qu'ils… sont irréconciliables».

Il a cité l'exemple du mollah Mohammed Omar, chef des talibans. «Je ne crois pas que quiconque dans cet immeuble… soutiendrait la notion de réconciliation avec des personnes qui ont ce genre de sang sur les mains - le sang des citoyens américains», a déclaré Morrell.

Mais finalement, les décisions concernant les personnes avec qui réconcilier avec incombent au gouvernement afghan, a-t-il déclaré. «À court… d'al-Qaida et des talibans avoués qui ont soutenu leurs efforts en Afghanistan pour lancer des attaques contre les États-Unis et nos alliés, si le gouvernement afghan souhaite engager un processus de réconciliation avec eux, c'est une décision pour eux», a déclaré Morrell. C'est «celui que nous devrions soutenir, clairement."

Morrell a souligné que la mission américaine en Afghanistan n'est pas unilatérale.

«Nous sommes là pour refuser un refuge aux terroristes et pour aider le peuple afghan à instaurer une mesure de paix et de stabilité», a-t-il déclaré. Cela garantira à son tour que les terroristes ne pourront pas se rassembler là-bas et s’en serviront comme base pour lancer des attaques contre les États-Unis et leurs alliés.

Les commentaires de Morrell font écho à ceux du vice-président Joe Biden, qui a été exprimé hier devant le Conseil de l'Atlantique Nord de l'OTAN à Bruxelles, en Belgique. Biden a déclaré que la réconciliation avec les talibans méritait d'être explorée, mais a souligné que l'effort devait être laissé aux Afghans.
Les commentaires de M. Biden sont conformes à ceux exprimés par le secrétaire à la Défense, Robert M. Gates, au cours des derniers mois, ainsi qu'aux déclarations du président Barack Obama, a déclaré Morrell aux journalistes aujourd'hui.

Environ 5% des talibans sont incorrigibles et doivent être vaincus, a déclaré M. Biden lors d'une conférence de presse commune avec le secrétaire général de l'OTAN, Jaap de Hoop Scheffer. Un autre 25% d’entre eux sont incertains de leur engagement dans l’insurrection, a-t-il déclaré, et environ 70% d’entre eux sont impliqués uniquement parce qu’ils sont payés pour être.