LONDRES, ROYAUME-UNI - La saisie d'un porte-conteneurs américain représente aujourd'hui un changement radical dans l'action effrontée des pirates opérant au large des côtes somaliennes. «Ce dernier épisode de piratage diffère des attaques précédentes en ce qu'il ciblait des porte-conteneurs. On a longtemps pensé qu’en raison de leur vitesse et de leur franc-bord élevé, de la distance entre la ligne de flottaison et le pont, les boxships étaient moins vulnérables aux attaques de pirates », a déclaré Jim Wilson, correspondant de Lloyd's Register-Fairplay au Moyen-Orient.

"Ce deuxième porte-conteneurs saisi, le Maersk Alabama, est un navire battant pavillon des États-Unis et doté d'un équipage américain. Il fait partie du programme américain de sécurité maritime, qui regroupe une flotte de navires privés utiles à l'armée", a expliqué Wilson . "Il s'agit essentiellement de la flotte de réserve de l'US Navy, il sera donc intéressant de voir comment les propriétaires et les États-Unis réagiront."

«La piraterie continue de toucher les eaux au large des côtes africaines. Cela se répand. Les pirates démontrent la capacité d'attaquer à peu près n'importe quel type de navire à grande distance du sol. La solution au problème, comme toujours, est la situation politique en Somalie. Tant que la paix ne règnera pas, il y aura de la piraterie en mer », a conclu Wilson.