WASHINGTON, le 27 mars 2009 - Plus de 80% des revenus iraquiens proviennent de la vente de pétrole acheminé via deux plates-formes dans le golfe Persique, et la défense de ces ressources est essentielle à la sécurité nationale irakienne, a déclaré un conseiller naval de la coalition. Le capitaine Nick Hine, capitaine de la marine royale britannique, a déclaré aux blogueurs et aux journalistes en ligne lors de la table ronde «DoDLive», organisée le 25 mars, que les forces navales professionnelles capables de diverses tâches maritimes sont essentielles à la sauvegarde des flux de pétrole irakien.

Hine dirige le conseiller naval de la coalition et son équipe d’entraînement, qui font partie du commandement multinational de la transition pour la sécurité en Iraq.

Dans le cadre de sa mission de construire et de former la marine irakienne à la défense des eaux territoriales, des infrastructures essentielles et des voies de navigation essentielles, la coalition a divisé les opérations entre Bagdad et le sud de l'Irak. Les plans et décisions stratégiques sont gérés depuis la capitale, tandis que l'entraînement opérationnel et tactique a lieu dans l'unique base navale irakienne, située dans le port de Umm Qasr, dans la province de Bassorah.

«Le MNSTC-I est conseiller du ministère de la Défense irakien et du ministère de l'Intérieur pour aider à transformer la force de sécurité irakienne en une force bien formée et professionnelle, capable de protéger les citoyens irakiens et ses composants vitaux, "Hine a expliqué.

Il y a actuellement deux plates-formes pétrolières dans les eaux territoriales irakiennes, toutes deux relativement proches du littoral irakien, a déclaré Hine.

«Ils fournissent actuellement, selon vos interlocuteurs, entre… 80% et 90% des revenus de l'Irak. Comme vous le savez, l’économie irakienne repose en grande partie sur le pétrole », a déclaré Hine. Une troisième plate-forme offshore devrait être achevée en 2010, a-t-il déclaré.

"Je soupçonne qu'avec le temps, la majorité du pétrole irakien continuera d'être fournie par voie maritime", a déclaré M. Hine.

En plus de l'équipe de Hine, la marine irakienne se coordonne avec le commandement central des forces navales américaines pour faciliter les opérations dans le golfe Persique. Bien que les Irakiens soient responsables de leur propre planification opérationnelle, la liaison avec l'US Navy garantit que «tout s'harmonise parfaitement», a déclaré Hine.

«Vous pouvez imaginer que les eaux [territoriales] de l'Irak sont un endroit relativement fréquenté. De nombreux navires tentent de se rendre sur les plateformes pétrolières pour embarquer du pétrole. Il y a beaucoup de bateaux de pêche. Il y a beaucoup de trafic de navires marchands. Et bien sûr, il y a toujours la proximité avec d'autres pays: le Koweït et l'Iran », a déclaré Hine. «Tout cela doit s’intégrer dans une vision plus large.»

La marine irakienne doit continuer à se développer pour remplir sa mission de manière indépendante, a déclaré Hine. À son niveau actuel de 1 974 personnes, sa taille est comparable à celle de l'armée de l'air irakienne.

Des capacités dans des domaines tels que l'intelligence, l'ingénierie et le soutien à la construction sont nécessaires pour une durabilité opérationnelle complète et indépendante et sont développées avec l'aide de la coalition, mais sont actuellement «à un stade embryonnaire», a déclaré Hine. Le développement de ces capacités sera une priorité en 2009 et 2010, a-t-il déclaré.

L’équipement de la marine avance à pas lents. Les Irakiens ont récemment pris livraison de six bateaux de la classe Defender de 30 pieds - "en réalité un bateau à moteur, à défaut d'un meilleur nom", a déclaré Hine. Vingt bateaux supplémentaires de la classe Defender seront livrés au cours des prochains mois. En outre, la marine est sur le point de prendre livraison de 24 bateaux d'assaut rapides légèrement plus petits, a-t-il déclaré.

Quatre navires de patrouille de 53 mètres sont sous contrat avec l'Italie et devraient naviguer vers le milieu de l'année, a déclaré Hine. Le premier des équipages iraquiens pour ces navires se trouve actuellement en Italie en cours de formation. Les navires de patrouille seront les plus gros navires de la marine.

À l'heure actuelle, la marine irakienne n'a pas de capacité aérienne dédiée, a déclaré Hine. Ils prévoient de fournir à la fois une capacité de surveillance maritime et une capacité de levage par hélicoptère de soutien, mais les deux sont au stade des exigences. Pour fournir ces capacités, la marine pourrait s'associer aux forces aériennes irakiennes, a déclaré Hine.