Le terme «commando» a été utilisé pour désigner diverses unités au sein des forces armées argentines, notamment des commandos de marine qui ont combattu pendant la guerre des Malouines. Actuellement, deux unités de commando d'armée - la 601ème compagnie de commando et la 602ème compagnie de commando - font partie du groupe des forces d'opérations spéciales argentines. Les unités sont assignées à des missions de commando typiques comprenant des raids, des attaques de reconnaissance et des opérations de contre-insurrection. L’Argentine ayant un terrain très diversifié, les compagnies de commando sont formées à la guerre dans la jungle, la montagne et le désert.

Comme il sied à une unité de commando d'élite, les commandos argentins possèdent un couteau de combat distinctif fabriqué par Jose Ranz. Désigné le MXT-V1, ce couteau de type Bowie semble être bien fabriqué et fonctionnel. Si je comprends bien, Jose Ranz a spécialement conçu le couteau pour les deux compagnies de commando. Mon couteau est neuf et ne provient pas de contacts dans les forces armées. Je crois que cela faisait partie d'un dépassement du contrat initial. Une indication de cela est qu'il ne soit pas entré dans la gaine d'origine utilisée par les commandos, mais dans la gaine fournie par Ranz avec le couteau fourni à la brigade de parachutistes argentine. J'ai vu des chiffres qui indiquent que seulement environ 150 des couteaux Commando ont été produits, mais je ne sais pas si cela est correct.

Caractéristiques Elite
Le couteau Ranz a un aspect distinctif, ce qui est un avantage pour un couteau utilisé par des unités militaires d'élite, mais il semble également être une lame pour travaux lourds relativement pratique. C'est un couteau de type Bowie de bonne taille, qui devrait être utilisable par les soldats ayant une mission en montagne où couper des branches ou effectuer d'autres tâches dans le camp risque de se produire. La qualité du couteau Ranz Commando semble bonne, mais la fixation du crossguard avec le manche pourrait être meilleure. Il y a un écart notable entre la lame, le protège-lame et le manche. Le couteau de commando argentin mesure 13, 2 pouces en tout. La lame est en acier au carbone SAE 9260 avec une dureté de HRC 56-58. Il mesure 7, 5 pouces de long et 0, 16 pouce d'épaisseur avec une pointe. La finition semble être parkerisée. Sur le ricasso, la lame est marquée «RANZ / COMMANDO / 00108».

Le manche est en polyamide PA 6, de couleur verte avec des rainures pour les doigts sur un côté et des nervures sur le dessus. Il s’agit en fait d’une poignée très confortable qui, combinée à la lame, confère au Ranz Commando un excellent équilibre. Le crossguard est de forme distinctive et fabriqué en aluminium peint en noir. La poignée comporte un bec distinctif qui, combiné à la forme du crossguard, m'indique qu'il a peut-être été inspiré par de précédents motifs argentins dotés d'une protection des doigts. Le couteau Ranz semble presque avoir été un couteau de poing américain dont la section centrale a été découpée. Dans une certaine mesure, il ressemble à un couteau de commando, un ami des Royal Marines britanniques capturé par des commandos argentins pendant la guerre des Malouines. La lame a une forme similaire et ce couteau a un crossguard épais et un protège-doigts. Le crossguard et le bec de la garde sont bien finis et il ne semble pas y avoir de matière enlevée, mais l’œil remplit l’arc de garde-genou quand on regarde le couteau.

Comme je l'ai mentionné plus tôt, la gaine ne semble pas être la bonne pour le couteau Commando, mais bien celle fournie par Ranz avec des couteaux aéroportés argentins. La lame convient assez bien, cependant, à part les marques «Paracaidistas», on ne saurait jamais que c'est la mauvaise gaine. Il se peut fort bien que la même lame ou une lame similaire soit utilisée sur le couteau aéroporté. J'ai vu des photos d'un couteau désigné comme couteau para argentin par Ranz, qui a une lame de même largeur et de même longueur mais avec une pointe de lance. et des dentelures sur un bord. Ce couteau comporte un protège-poignet. Le manche du Commando Knife est vert, de même que la gaine qui, avec le crossguard noir et le bec de pommeau noir surmontés d'un capuchon de pommeau vert, offre un joli contraste lorsque le couteau est gainé. La gaine en polymère offre une bonne rétention du frottement, une sangle de rétention à pression qui passe par-dessus le crossguard et une autre sangle de rétention à la garde.

La gaine en polymère comprend quatre boucles de sangle ainsi qu’une fente d’attache au bas. De plus, la boucle tissée rivetée à l'arrière de la gaine peut être utilisée comme une boucle de ceinture. Un cordon de cravate vert est attaché à la fente de fixation du fourreau. L'équilibre est bon et j'aime la sensation du manche. Etant donné que Cordoba, où est basé Ranz Armas Blancas, est le centre de l’industrie aérospatiale et automobile argentine, on pourrait supposer que des travailleurs qualifiés devraient être disponibles pour permettre la production de lames de qualité.

Il est temps de creuser plus profondément
Je suppose que l’essentiel, c’est que j’aime le couteau, mais j’aimerais un peu plus de temps pour l’ajustement. J'aimerais aussi savoir à quoi ressemblait la gaine d'origine. Je me souviens d'une photo d'un commando argentin portant ce qui aurait pu être le couteau Ranz avec une gaine en cuir au carré. Fait intéressant, j’ai trouvé un forum sur les lames en espagnol où il a été question des couteaux militaires Ranz. De nombreux collectionneurs argentins semblaient avoir autant de difficulté à trouver des informations ou même à trouver Ranz que j'avais quand je travaillais sur cette colonne!